guide de survie à l'hiver québécois
,

Guide de survie à l’hiver québécois 101

Je n’en reviens toujours pas. Voilà que je m’apprête à passer mon 5e hiver en terre québécoise. Si on m’avait dit ça en arrivant à Montréal, je me serais esclaffée. Pas vraiment partie pour rester, je levais les sourcils quand j’entendais mes compatriotes ultra-motivés par le parcours PVT-JP-RP** faire des plans sur la comète. Je les écoutais échafauder des stratégies pour survivre dans le congélateur qui allait nous enfermer tous pour quelques mois, sans vraiment me sentir concernée. La nouvelle aventure m’amusait et je pensais plutôt à des trucs aussi futiles que : “comment rester féminine avec un sac de couchage sur le dos?”.

Cinq hivers plus tard, 90% des frenchys ultra-motivés que j’ai connus à mes débuts d’apprentie esquimau ont déserté la Province. Ils ont retrouvé leurs pénates bleu-blanc-rouge en liquidant leur stock de haute montagne. Tandis que me voilà, mon Canada Goose déplumé dans le placard. Mes Sorel prêtes à être dégainées à la première tempête. C’est simple, en cinq hivers, je suis devenue le cliché ambulant du Plateau que je m’étais promise de ne jamais devenir.

Enfin, pas complètement…

* Oui, avec les années, je me suis lassée de me creuser les méninges pour avoir l’air stylée par moins 20. Quand le vent Sibérien fouette, je ne rechigne plus à enfiler mon bonnet, mes gants, une grosse écharpe, ma parka, et mes bottes de camionneur. Je ne ressemble à rien, mais c’est ce que j’appelle l’instinct de survie.

* Les Sorel. Parlons-en. J’ai mis quatre hivers à m’y mettre. “Ah non, j’ai déjà le Canada Goose de la parfaite frenchy-débarquée-de-l’avion, je ne vais pas en plus mettre des Sorel aux pieds! Et puis ces bottes sont les Crocs de l’hiver..une abomination stylistique”. Depuis, mille mercis, Sorel a investi dans un designer et les modèles se sont heureusement affinés.  Donc, par un glacial jour de janvier 2014, alors que ma 5e paire de bottes d’hiver cédait sous les infiltrations de slush boueuse, j’ai capitulé et suis entrée chez Browns. J’y ai adopté une paire de Tivoli, encore un peu honteuse de ma faiblesse. Et j’ai enfin découvert ce que c’était de ne plus soucier d’avoir froid aux pieds. Un détail, n’est-ce pas? Mais qui change tout. Croyez-moi.

 * Comment repérer, justement, le Français fraîchement débarqué de l’avion? Il se promène, emmitouflé dans son attirail du Grand Nord…en plein mois d’Octobre! Alors, éclaircissons un petit point – Ô combien important! Non seulement c’est une insulte au mercure qui parade fièrement en positif – ne froissons pas le mercure, je vous en conjure. Mais qu’est-ce que vous mettrez cet hiver?! Car non, ce que nous vivons ces jours-ci n’est pas l’hiver, mais l’automne. Si si, faites-moi confiance. On s’en reparle en février. Alors plutôt que de sortir l’artillerie lourde dès les premiers flocons (non, zéro ce n’est pas encore l’hiver), habituez votre corps tranquillement. Il s’acclimatera progressivement, et vous souffrirez bien moins quand l’hiver – le vrai – pointera le bout de son pic. Et puis, c’est encore le moment de vous amuser avec votre garde-robe…dans six mois, vous ne pourrez plus la voir votre parka, aussi jolie soit-elle!

* La déprime hivernale. Non ce n’est pas un mythe. J’ai mis du temps à l’apprivoiser celle-ci, mais aujourd’hui je l’accepte. Novembre sonne le déclin. Les jours raccourcissent, chacun se prépare matériellement – on range le mobilier de la terrasse, on rentre les plantes, on fait changer ses pneus – mais aussi psychologiquement à cette plongée dans le tunnel hivernal. Autour de moi, les copines tombent malade, les appels pour sortir se font plus rares. On troc facilement un apéro-théâtre pour une soirée cocooning à parcourir Netflix. “Oh je me sens patraque, on remet ça à la semaine prochaine?”. Les semaines passent, et les relations s’effritent, chacun se repliant sur soi. À cela, une seule solution: le coup de pied dans les fesses – pardon my French. Car en hiver, plus qu’à n’importe quelle saison, le planning est vital. De quoi horrifier les âmes bohèmes j’en conviens. Mais ne pas planifier à l’avance, c’est s’assurer de longs moments d’errance émotionnelle. Alors, à vos agendas! Spectacles, soupers entre amis, thés entre copines, week-end en amoureux, escapades en raquettes…toute occasion est bonne à prendre!

 * Fuyez sous les Tropiques! Là encore, si des milliers de Québécois s’envolent pour Cuba en hiver, il y a une raison. On a beau aimer la neige et les chiens de traineaux, une pause soleil s’impose. Ne serait-ce que par respect pour votre entourage. Inutile de vous taper le tout-inclus de Montreal-plage-a-Varadero, un aller-retour agrémenté d’un joli appart’ déniché sur Air Bnb feront des merveilles. Une semaine à ne rien faire, sinon prendre soin de soi, bouquiner et tournoyer dans le vent…en toute légèreté!

[Edit]

* Jeux d’hiver. Plusieurs lectrices Québécoises m’ont rappelé dans leurs commentaires Facebook à quel point pour aimer l’hiver, il était vital de se prendre de passion pour un sport d’hiver. Raquettes, ski de fond, hockey, patins à glace, luge ou tout autre activité hivernale en extérieur s’impose comme l’allié anti-déprime par excellence! Enfin, sauf si, comme moi l’an passé, vous vous retournez le coude à peine vos patins flambant neufs enfilés, même c’est là une toute autre histoire ;)

Et vous, quelles sont vos recettes miracle pour survivre à l’hiver québécois?

** Pour les novices en jargon d’immigré au Québec: Permis Vacances Travail – Visa Jeune Professionnel – Résidence Permanente

P.S: Non, la première photo n’a pas été prise en noir et blanc…

Share

You May Also Like

16 comments on “Guide de survie à l’hiver québécois 101

  1. Emilie
    November 11, 2014 at 4:01 am

    tu m’as tellement fait rire! 4ème hiver et je le passe à Kuujjuaq. Du coup, j’ai investi dans le Canada Goose et songe aux UGG. Je suis totalement d’accord avec toi, l’hiver faut sortir. Comme j’adore la neige, j’ai jamais eu de mal mais la je me prépare mentalement depuis le Mexique

  2. Jasmin
    November 11, 2014 at 2:39 pm

    L’hiver précédent a eu raison de moi… après 8 ans au Canada je suis rentrée il y’ a un peu plus de 3 mois. Je ne vais pas te mentir, c’est un vrai soulagement de ne pas appréhender l’hiver :)

  3. Sarah M
    November 11, 2014 at 4:16 pm

    Kuujjuaq!! Oh My! Courageuse :) Pas certaine que les UGG soient la bonne solution alors…elles prennent trop l’eau! Enjoy le Mexique!

  4. Sarah M
    November 11, 2014 at 4:17 pm

    Comme je te comprends Jasmin :)

  5. Anne
    November 12, 2014 at 1:43 am

    Tu m’as fait mourir de rire, mais tout ce que tu dis est vrai sauf que moi, je réussis à avoir l’air à la mode quand même. Je vais passer mon 33ième hiver au Québec et je suis niçoise !!!!!…Avec mes bottes à talons la Canadienne (oui, à talons mais compensés et anti-dérapants) et un joli manteau de duvet noir, ample qui peut prendre plusieurs pulls en-dessous et ma belle capuche bordée de vraie fourrure noire…pas mal le look de ville par -20C ! Avec les années, tu auras, comme moi, plusieurs manteaux, des bottes longues, des bottes courtes, et tu pourras changer de look à ta guise ! Viens t’en l’hiver, je suis prête !

  6. Sarah M
    November 12, 2014 at 6:24 pm

    C’est toi, Anne, qui m’a fait sourire! Déjà parce que 33 hivers Québécois, je me dois de m’incliner! Et puis tu as raison, rester élégante n’est qu’une question de garde-robe…et d’investissement!! Vu comme ça, tu viens de me donner la parfaite excuse pour faire flamber la carte de crédit cet hiver ;) Mais sinon, je suis très intéressée par La Canadienne…depuis le temps que je zieute leurs jolies bottes…ça tient vraiment chaud? On ne glisse pas trop sur la glace avec? Questions existentielles de fille quoi ;) Merci pour ton commentaire plein d’entrain!!

  7. ferdy pain d'épice
    November 13, 2014 at 11:42 pm

    Alors Bravo à toi pour ton 5eme hiver !!! J’attaque mon 3ème hiver maid cest le 1er en Alberta et ça promet d’etre plus dir et plus long que ça l’a été à Montreal ! On est en qu’en novembre et cest -25 que je vois que je ressens que je pleure ! ici ils ne deneigent pas les routes, pad de sel, rien… juste à survivre au milieu de ce froid polaire :) Alors ne pleurnicher pas trop amis quebecois ya ben pire que vous leu leu :)

  8. Anne-Laure
    November 17, 2014 at 8:00 pm

    Je crois que c’est LA chose que j’appréhende le plus de retrouver lorsque nous reviendrons à Montréal… le froid ! De mon côté à l’époque, je me mettais un peu en mode mamie. Mais finalement, les bains chauds, les passages à la grande bibliothèque sans même sortir du métro, et les sessions cuisine me réconfortaient bien. :)

  9. Sarah M
    November 17, 2014 at 8:26 pm

    Merci Ferdy Pain d’épice de nous rappeler qu’il y a bien pire :) Je te souhaite bien du courage dans ta bulle polaire ^^

  10. Sarah M
    November 17, 2014 at 8:27 pm

    Absolument Anne-Laure! Le cocooning prend tout son sens de ce côté de l’Atlantique :)

  11. sylva
    November 25, 2014 at 11:34 pm

    Premièrement; oui il faut jouer dehors l’hiver car c’est une très belle saison et c’est la seule façon de l’apprécier plutôt que d’avoir peur d’avoir peur. Deuxièmement; quatre mois de crachin glacial et de ciel gris et morne avec du froid qui rentre dans les os et l’impossibilité de faire du sport d’hiver c’est bien pire. C’est ce que les européens doivent endurer à chaque hiver.
    Troisièmement, ne pas avoir de duvet par -20 degrés par souci de coquetterie, ça l’air vraiment con alors vivement, les vêtements d’hiver jolis et assumés.
    En fait, la vrai mochitude, ce sont les trucs super mal assumés.

  12. Emilie
    January 5, 2016 at 1:23 am

    J’ai acheté une Canada Goose et des Sorels la première année où j’étais à Montréal… et je les ai vite laissées au placard. Il y a d’autres marques bien moins chères que Canada Goose et qui font très bien le travail. J’ai finalement testé une veste Noize qui est très chaude et mieux taillée je trouve. Quant aux chaussures, c’est pareil, les Sorel tout le monde en a/parle mais moi je les trouve lourdes, inconfortables et j’ai eu souvent froid aux pieds. J’ai finalement opté pour des Timberland, bien plus légéres, aussi chaudes, imperméables et moins chères. Tout ça pour dire qu’il y a plein d’autres marques que Canada Goose et Sorel. ;)

  13. Sarah M
    January 5, 2016 at 1:38 am

    Tu as bien raison Émilie! D’ailleurs, je me rends compte qu’à force d’être lavée, ma Canada Goose ne tient plus vraiment chaud et j’ai du mal à supporter son poids ;) Il existe plein d’autres options évidemment – et heureusement!! Je devrais peut-être me lancer dans la rédaction du “Guide de survie à l’hiver québécois 102″ tiens!

  14. Clotilde
    January 7, 2016 at 12:34 am

    je crois que c’est en fait un état d’esprit! Je mets autant de jupes et robes en hiver qu’en été, un joli rouge à levres rouge et du make up waterproof pour les tempêtes de neige (gare aux coulées de mascara sinon!). pour les chaussures, je suis adepte de la marque finnoise Pertti Palmroth. J’aime beaucoup ma paire de bottes cavalières vernies noir, elles sont chaudes, parfaites avec mes robes 50’s et increvables (3eme hiver)
    pour un look plus rock, les boots Anouk de chez Anniel (elles existent à paillettes!)
    si j’ai un Canada Goose, je porte aussi beaucoup de jolis manteaux vintage en laine bouclé avec fourrure, en cachemire ou en astrakan et ça tient super chaud (c’est sur qu’à moins 40, on coupe pas au gros manteau d’hiver, mais à -20, c’est vraiment faisable!)
    coté activité, on adore faire du patin ou de la raquette et sinon yoga et fitness le reste du temps! :)
    puis Montreal (et le quebec) est quand même vraiment fun en hiver coté culturel: Montreal en lumière, nuit blanche, hôtel de glace ect.
    et…. pointe à Callière offre une promo “les week end sous zero” où la reduction (en pourcentage) sur le prix des billets équivaut aux degrés sous zero: Parfait pour aller voir l’expo sur Agatha Christie!

  15. Sarah M
    January 7, 2016 at 6:10 pm

    Merci Clotilde pour ces conseils de vétérante ;) Ah les boots Anniel à paillettes…mes yeux sortent de leurs orbites dès que je passe devant la boutique!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *