chronique-blog-multipotentialiste
,

Ode à la multipotentialité!

Chronique d’une multipotentialiste…Et si on n’avait pas une seule mission, une seule passion dans la vie, mais plusieurs? Longue vie à la multipotentialité, vive la multipotentialité! 

“Et toi? Qu’est-ce que tu veux faire quand tu seras grande?”. Je me souviens de mon état de détresse interne quand je sentais poindre cette question fatidique. Oh elle finissait toujours par être posée. Ça doit d’ailleurs être l’une des questions les plus posées avec sa version adulte “Qu’est-ce que tu fais dans la vie?” ou l’immanquable “D’où tu viens?”. Une phrase anodine, lancée sans trop d’enjeu finalement. Par simple curiosité souvent. Pour ranger dans une petite case mentale, subrepticement.

Je me souviens le néant qui s’emparait de mon cerveau. Un flot d’images sans aucun lien les unes avec les autres. Moi à bord d’un brise-glace dans l’Antarctique, en train d’étudier les baleines au large de je ne sais quelle contrée lointaine, en plongeuse sous-marine professionnelle, en train de faire accoucher une jument, ou d’argumenter avec les gouvernements pour défendre les intérêts de je-ne-sais quelle cause, moi en institutrice, en traductrice à l’ONU, photographe en Afrique ou au fin fond des mines du Brésil comme Salgado, en danseuse derrière Britney Spears, ou avec une oreillette collée dans l’oreille et un calepin à la main en train d’organiser je-ne-sais quel événement ou concert, en écrivaine solitaire au fin fond de la campagne avec un âne dans le jardin, éleveuse de poules en Toscane, magnat digitale…des envies, j’en ai toujours eu à la pelle. Je me souviens de mon angoisse à l’idée de ne pouvoir vivre qu’une seule vie. La plus grande déception de ma vie.

Combien j’aime cette excitation intense à la découverte d’un nouveau champ d’intérêt, d’un sujet encore inconnu, ou même d’un nouvel auteur. Tout lire, tout savoir. Décortiquer, analyser, réfléchir, synthétiser. Plus jeune, j’avais une telle passion pour les études qu’on me prenait pour une folle. “Mais Sarah, quand est-ce que tu vas te décider à choisir un métier?! Tu ne vas pas étudier toute ta vie”. Je me raccrochais aux branches. J’essayais de justifier mes divagations d’intérêt par la recherche de LA passion. Celle qui me ferait tout arrêter le reste et foncer la tête la première dedans. M’investir corps et âme. My True Calling, comme le décrit si bien Emilie Wapnick dans son intervention TED Talk.

La vérité, c’est que j’aurais rêvé étudier toute ma vie. Étudier la géopolitique du monde arabe, l’écriture créative, faire une licence d’espagnol, apprendre le chinois, le japonais et l’arabe, comprendre la rouages de l’économie, faire une business school, apprendre le montage vidéo dans une école de cinéma, m’inscrire aux Beaux-Arts, apprendre à coder…Choisir, c’est accepter de fermer des portes.

J’ai toujours pensé que j’étais une éternelle insatisfaite, traversée d’ennui chronique, limite bipolaire à m’enthousiasmer aussi intensément pour un sujet et le dévorer avidement…pour sauter du coq à l’âne quelques mois plus tard. Avancer, reculer. Passer d’un chemin à l’autre. Prendre des chemins de traverse. Sauter un ruisseau, filer sous une cascade. Et recommencer. Un parcours chaotique guidé par la seule curiosité. Face à un recruteur français, je me sentais en devoir de donner du sens. Gommer certaines errances intellectuelles. Entrer dans le moule tendu.

Pourquoi? Parce que, forcément, j’avais un problème psychologique! La tare de n’entrer dans aucune case. De ne pas correspondre à ce que la société attendait de moi.

Combien de dimanches pluvieux à tenter de me raisonner. “Arrête d’être aussi inconsistante. Choisis quelque chose. Tu perds ton temps. Tu n’es pas crédible”. Autant d’images très valorisantes. Mais, comme une junkie, l’attrait de la curiosité était trop forte. Et dès le lundi matin, c’était reparti.

En fait, ce que je ne savais pas. Que j’ai compris bien plus tard, en vivant à Montréal (Merci Montréal, je te serai à jamais reconnaissante pour ça!). Et que répète Émilie Wapnick dans cette vidéo, c’est que: “There is nothing wrong with you. What you are is a multipotentialite!”

A multipotentialite is someone with many interests and creative pursuits. It’s easy to see multipotentiality as an affliction you need to overcome, but there is some tremendous strength to be this way!

La multipotentialité. Un mot étrange. Jamais entendu. Mais qui prend ici tout son sens. La pluralité créative ne serait donc pas une tare! Mais bien une force! C’est bête comme, même en grandissant, alors qu’on sait – au fond – qu’il n’y a aucune obligation à vivre sous les diktats de la société mainstream, ce genre de discours illumine. Quel soulagement intérieur d’entendre valider et dire tout haut ces choses finalement évidentes: non il n’y a pas de mal à multiplier les intérêts, à vivre plusieurs vies professionnelles, à cumuler les compétences sans qu’elles aient pour autant un plan de match établi…à suivre ses envies. Changer de carrière, ou additionner les carrières. Changer de casquette. Être un fier membre de la communauté slasher finalement!

Je trouve intéressant la façon dont Emilie Wapnick rappelle ces évidences pas si évidentes. Et la mise en lumière qu’elle fait des qualités personnelles de ces vogueurs d’intérêts, ces curious wanderers que nous sommes:

  1. Idea Synthesis ou la capacité à synthétiser des idées : Les multipotentialistes auraient la capacité de combiner deux ou plusieurs thématiques ou champs d’intérêt, et de créer quelque chose de nouveau à l’intersection des ces thématiques ou intérêts. Or c’est de ces intersections entre plusieurs champs que nait l’innovation.
  2. Rapid Learning ou la capacité à apprendre rapidement: Quand un multipotentialiste s’intéresse à quelque chose, il y va à fond! Pour avoir débuté de nombreuses fois dans sa vie, un multipotentialiste est habitué à porter la casquette du débutant. Ce qui signifie qu’il a moins peur d’essayer de nouvelles choses et de sortir de sa zone de confort. De plus, grâce à un effort de discipline, la plupart des compétences acquises sont transférables.  Ce qui fait qu’un multipotentialiste ne commence jamais totalement de zéro.
  3. Adaptability ou la capacité à s’adapter aux situations changeantes: dans son intervention TED, Emilie Wapnick cite le magazine Fast Company, selon lequel l’adaptabilité serait la compétence la plus importante à développer pour prospérer au 21e siècle, ce siècle en constante mutation.

Ces superpowers sont une force, mais disparaissent aussitôt qu’on met la pression à un multipotentialiste pour qu’il réduise son champ d’intérêt. Selon Emilie Wapnick, les meilleures équipes viendraient de la conjonction des talents de spécialistes dans un domaine avec la transversalité et la créativité des multipotentialistes. Une incitation envers chacun à accepter son caractère, que l’on soit de type spécialiste ou multipotentialiste.

Et un conseil de coach professionnel, l’une des casquette de cette conférencière TED inspirante:

Embrace your many passions, follow your curiosity down those rabbit holes, explore your intersections!

J’aurais aimé qu’on m’explique ça, petite, plutôt que de me culpabiliser de ne pas trouver ma voie. Qu’on me questionne non pas sur ce que je pourrais être, mais sur TOUT ce que je pourrais être. Une nuance qui fait toute la différence, n’est-ce pas?

 

Vidéo: TED Talk sur la Multipotentialite, “Why some of us don’t have one true calling?” par Emilie Wapnick (Ted Talk de mai 2015.

Share

You May Also Like

17 comments on “Ode à la multipotentialité!

  1. Magda L'Envol
    February 15, 2016 at 12:12 pm

    Oh combien oui !! Merci , j’ai découvert ce concept via le blog de Madame Capucine que je remercie !! Je pense ainsi depuis longtemps , c’est très intéressant de lire que ça prend du large en quelque sorte et devient quelque chose , une façon d’aborder la vie moins “folle” qu’avant !! youpi ! :-)
    Mes deux autres blogs (oui en bonne multi j’en ai trois !!) ;-)
    http://www.uncoindeterrelibredecole.blogspot.fr
    http://www.lesatelierslenvol.org

  2. Lecuyer de Cidrac caroline
    February 17, 2016 at 11:18 am

    Bonjour,

    Bonjour,

    Je tombe en arret survotre chronique sur la “Multipotentialité”…et tout s’éclaire ! D’un complexe, je sens une opportunité se présenter à moi et surtout je l’accepte au lieu de le refouler.
    Pouvoir enfin de pas trouver cela étrange d’avoir des dizianes de centres d’interets dont certains identiques aux vôtres, la géopolitque du monde arabe, les beaux arts (j’ai suivi 3 ans de cours à Drouot). Pour la Business School, j’ai repris mes études à 45 ans en faisant un Executive MBA à HEC…tout en travaillant, (très belle experience mais qui n’a fait qu’amplifier ma soif de tout..c’est grave Docteur ???).

    Et ce désagrable sentiment de ne pas avoir trouvé pourquoi je suis sur terre et de me sentir éternellement insatisfaite…Merci pour cet éclairage et cette vidéo que je me suis empressée de regarder.

    J’espère à bientôt pour pouvoir peut-être encore et encore en discuter avec vous. Caroline (07 78 67 16 49).

  3. Sarah M
    February 18, 2016 at 11:43 pm

    Merci Caroline, bienvenue dans l’équipe des éternels insatisfaits et curieux insatiables ;)

  4. pierre
    March 23, 2016 at 9:22 am

    Merci pour cette article, je viens de découvrir ce concept depuis peu, après des mois d’introspection et de recherche et afin la lumière. Je me reconnais totalement y compris certains centres d’intérêt. Jesuis passionné par bcp de domaines et je deviens fou lorsque qu’on me limite. Enfin je vois le bout du tunnel, j’en pleure même car ce combat pour être moi-même a des csqs ds ma vie de couple. Encore merci et courage à tous…

  5. Liam
    March 28, 2016 at 3:54 pm

    Ce n’est pas le premier article de blog que je lis sur ce sujet mais ce sera le premier sur lequel je laisserai un commentaire. La multipotentialité fut pour moi aussi une révélation et je l’ai découvert par hasard l’autre jour sur internet en regardant une vidéo qui évoquait ce phénomène.
    Oui, je suis multipotientiel. Cela fait des années et des années que je me disperse dans toutes les directions et… je ne vais nulle part. J’ai fait de nombreuses études mais je n’ai jamais dépassé la première ou la deuxième année, j’ai voyagé, je me suis intéressé aux arts, à la science et bien à d’autres choses mais… la frustration est bien le sentiment qui m’habite aujourd’hui. Et c’est terriblement lassant.
    C’est très bien de savoir que l’on est multipotentiel mais après ? Quel est le chemin à suivre ? Poser un diagnostic, c’est un premier pas, mais j’attends d’avoir le remède car chercher les intersections entre mes différents centres d’intérêts, ce n’est pas la première fois que j’essaie mais sans véritable succès.

    Je vais malgré tout persévérer mais je trouve que nous autres, multipotientiels, devrions nous réunir et en discuter pour s’en sortir car je vous assure que ce n’est pas évident…

  6. Sarah M
    March 30, 2016 at 11:28 pm

    Merci Pierre pour votre témoignage. “Je deviens fou quand on me limite!” : bienvenue au club ! Je vous souhaite de trouver le mode de vie qui vous convienne…

  7. Sarah M
    March 30, 2016 at 11:37 pm

    Merci Liam d’avoir pris le temps de partager votre ressenti sur ces pages. Je comprends votre désarroi mais revoyez la vidéo. Je sais que c’est plus facile à dire qu’à faire, mais lutter contre votre nature ne procurera que frustrations. Voyez plutôt votre multipotentialité comme une chance et une richesse personnelle (je suis sûre que vous avez des milliers d’histoires à raconter!!). C’est certain que la société ne valorise pas vraiment ce type de nature, mais nous n’avons qu’une vie. Laissez-vous guider par vos intérêts, et essayez d’en choisir un que vous transformiez de façon constructive. Pour moi ça a été ce blog mais je suis certaine que vous pourrez trouver quelque chose qui corresponde à vos intérêts propres. La satisfaction de s’impliquer dans une passion est immense (mais elle n’empêche pas d’en développer de nouvelles – heureusement!). Je vous souhaite également de trouver le mode de vie qui vous convienne. Quel qu’il soit! Bon courage!

  8. Laure
    April 11, 2016 at 3:40 pm

    Merci Sarah pour ce super article ! Je m’y reconnais totalement ! J’ai mis du temps à réussir à organiser toutes ces envies, curiosités et il me semble encore manquer de plusieurs vies pour faire tout ce que j’aimerais :-)

    Liam je reste persuadée que l’on peut arriver à faire quelque chose de tout ça. Ce peut être créer son métier en faisant des liens entre ses différents intérêts, mener de front plusieurs activités etc… Il y a autant de manières de composer que de personnes et ça vaut le coup de chercher son équilibre !

    Dans mon cas ce sont deux activités en parallèle qui me permettent d’avoir mon équilibre : un blog sur la nature (végétal, animal, voyage et bien sûr l’humain, à travers dessins, photos, textes) et mon activité d’accompagnement de projets (mais dans laquelle j’inclus la nature avec les plantes et la créativité également ;-)).
    Mais avant cela je suis passée par un bilan de compétence, du coaching de reconversion et beaucoup de prises de tête j’avoue !! Il ne faut pas hésiter à se faire aider pour prendre du recul et démêler tout ça. On a tous un fil rouge à trouver et un puzzle à recomposer ;-)

  9. Sarah M
    April 13, 2016 at 3:41 pm

    Merci Laure pour ton retour d’expérience. Je suis de ton avis: la multipotentialité n’est pas une tare mais une excuse pour rendre la vie bien plus riche. Maintenant, c’est certain qu’il est parfois important de savoir se faire accompagner (par un professionnel, des amis, mentors etc), et de tenter d’ordonner tous ces centres d’intérêts de façon à leur donner un sens ;)

  10. Béné
    April 28, 2016 at 10:15 pm

    Tellement vrai !! On m’a tellement dit de choisir aussi mais je ne l’ai jamais fait et c’est tant mieux ! Je suis sûre qu’il y a une bonne raison et que l’intersection va prendre tout son sens bientôt ;-)

  11. Sarah M
    April 28, 2016 at 10:23 pm

    Je n’en doute pas Béné! You’re the best!

  12. jordane
    August 13, 2016 at 12:30 pm

    Salut,
    Ca a été une libération pour plein de personnes de pouvoir mettre des mots sur ces symptômes qu’ils considéraient, enfin plutôt que la société considère comme “anormal”, on aime bien mettre les gens dans des cases et ce qui est bien c’est qu’aujourd’hui, on peut ne plus culpabiliser de ne pas être mono-tâche.
    Personnellement si on m’avait dit ça bien plus tôt, ça aurait changé beaucoup de chose concernant ma perception du monde du travail, mais je l’ai découvert en expérimentant ce qui n’est pas si mal mais ça m’a pris du temps :/

  13. Marie-Soleil Martel
    August 30, 2016 at 7:59 pm

    1000 Fois Merci !

    J’ai 26 ans et j’ai plus de 7 formations non terminés a mon actif ! Après quelques mois, je ne vois plus l’utilité de continuer car j’ai été chercher les connaissances que j’avais besoin dans l’immédiat. Je ne vois plus de défi et je trouve ca ennuyant. Je fais donc une demande dans un autre programme completement différent. Je suis passé de patisserie à décoration d’intérieur, ensuite assistance dentaire,secrétariat,comptabilité,l’armée,l’éducation à l’enfance,le dessin de batiment. J’ai toujours pensé que tant que je ne serais pas à l’université je ne serais jamais satisfaite. Maintenant, je suis en développement de carrière a luniversité…depuis janvier… Et je regarde déjà pour une autre formation… J’ai fais une session en psychologie et j’ai adoré, j’aimerais étudier l’Histoire, la création littéraire,les langues,le droit,l’écologie,l’enseignement,l’étude ethnique et autochtone,la finance,l’administration pour la création d’une entreprise,l’immobilier,les soin vétérinaire,l’archéologie, l’anthropologie, la sociologie, l’ethnologie,la science des religions,le travail sociale,l’immigration, l’intervention auprès des femmes et des enfants, la géographie,l’astronomie, Sage femme minteresse aussi, les cours en agricultures, en technique équine, la psychiatrie,la cuisine,la criminologie,la musique,la menuiserie… tout ce qui peut me permettre de tout faire moi même… exemple que je veux construire ma maison.. jai déja de l’expérience en confection de plan grace a mon cours en dessin de batiment…Toutes les formations des métiers de la construction m’interessent ! Aucune de ces formations de m’interessent suffisamment pour m’imaginer faire ca toute ma vie!

    C’est un gros probleme car je n’aurais jamais assez d’une vie ( et d’un porte feuille) pour faire tout ca.

  14. Zaheda
    August 31, 2016 at 10:08 am

    Le jour où j’ai vu cette vidéo, j’ai presque sauté du canapé. Je me suis “tout s’explique”. C’est tellement libérateur de me retrouver multipotentialiste. J’étais plutôt perdue avant cela.

    D’ailleurs, lorsque j’ai voulu créer mon blog, je ne savais plus quel sujet choisir pour le blog, donc finalement, j’ai pu trouver un moyen de tout y inclure puisque c’est moi, telle que je suis, que je voudrai refléter.

    http://www.touchofcoach.com

    Merci pour cet article, et ce partage.

    Mes bonjours de Madagascar

  15. Sarah M
    September 7, 2016 at 7:38 pm

    Salut Jordane, je suis bien d’accord avec toi. Quel gâchis d’avoir perdu tant de temps à se dévaloriser. C’est pourquoi j’essaie de passer le message tant que possible aux plus jeunes, pour qu’ils ne cherchent pas à entrer bêtement dans une case mais qu’ils puissent au contraire façonner la leur. Si on est plusieurs à s’y mettre, peut-être que le message va passer ;)

  16. Sarah M
    September 7, 2016 at 7:40 pm

    Ahah! Bienvenue dans mon monde!! Je viens aussi de me ré-inscrire à l’université ;) Si seulement on pouvait inventer le métier d’étudiant professionnel, n’est-ce pas? Belle exploration Marie-Soleil!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *