Pique et Coeur @ La Tohu: le jeu de l’illusion

Hier soir à La Tohu, Robert Lepage présentait Coeur, deuxième volet de sa tétralogie Jeux de Cartes. Piquée de curiosité à l’annonce de ce spectacle en quatre temps, mené par l’un des plus grands metteurs en scène québécois, au coeur de ma salle de spectacle préférée à Montréal, je prenais mes billets comme on prend un ticket de loterie. Quitte ou double. Pique le 24, Coeur le 30. 2h30 sans entracte le premier. 3h30 avec entracte le second. Verdict d’une illusion annoncée.  Continue reading

Rendez-vous sur Hellocoton !

Suzie Q à Montréal

Peut-être vous souvenez-vous de cette adorable compositrice-musicienne-chanteuse dont je vous parlais il y a tout juste un an? Sarah et sa fidèle Suzie Q, poseront ce weekend leurs valises à Montréal, avec un concert prévu samedi soir au Parc des Princes!

Je vous confiais mon coup de coeur pour cette fille, oui oui c’est mon amie depuis aussi long que je m’en rappelle, mais pas seulement. Sarah est une fille incroyable, dont le parcours ne cessera de m’étonner, sinon de me fasciner. Déjà à l’école primaire, sa créativité me subjuguait. Aujourd’hui, Sarah vit à New York. Depuis bientôt deux ans, elle y vit une double vie. Traductrice à l’ONU de jour, elle vogue le soir et les weekends avec sa guitare, Suzie Q, dans les bars et salles de concert new yorkais. C’est qu’il y a quelques temps, elle décidait de se mettre à la guitare pour accompagner ses chansons. Évidemment, la musique ne lui était pas inconnue pour avoir travaillé ses gammes, enfant, au conservatoire à Paris. Mais si elle avait déjà gratouillé une guitare, elle n’en avait jamais joué. Qu’à cela ne tienne, plutôt têtue dans son genre, Sarah appris donc à jouer de l’instrument, enchaînant les cours du soir. Un jour, c’est le coup de foudre. Elle rencontre Suzie Q dans une petite boutique et l’adopte. Depuis, Sarah compose sa musique, écrit ses paroles…Il y a un an, sortait son tout premier album, Chase The Clouds Away. Des balades indie folk à la mélodie doucereuse. Des paroles digne de la daydreamer qu’elle est, envolées dans un monde imaginaire à la fois pétillant et profond.

Je découvrais pour la première fois Sarah en concert à Paris. C’était il y a un moins d’un mois, dans une petite salle des Halles. Une salle comble. Et une ambiance chaleureuse. Un album retravaillé avec soin pour offrir un concert acoustique superbe. J’en étais émue aux larmes de la voir échanger avec son public, expliquer les anecdotes derrières chaque chanson. Et finir son concert avec une reprise, en Français. Magnifique!

Samedi soir, pour la première fois, Sarah et sa guitare fouleront les planches du Parc des Princes. Si le clin d’oeil au stade parisien nous a bien fait rire, le Parc des Princes de Montréal n’a évidemment rien à voir avec son éponyme frenchy. Il s’agit d’un bar bistro situé avenue Parc, qui accueillera donc samedi soir à 19h30 mon amie, sa guitare, et son musicien, fébriles et excités comme des puces de jouer à Montréal. Un beau moment en perspective donc…j’espère vous y voir!

I Love Suzie en concert à 19h30 au Parc des Princes – 5293 avenue du Parc à Montréal 

Plus d’informations sur l’event Facebook.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Montréalités, ma réalité

Voilà bientôt deux mois que je vogue en terre européenne…Paris, le Gers, Lyon, le Beaujolais et la Bourgogne, Lisbonne, Istanbul…des pérégrinations que certains d’entre vous ont peut-être suivi sur Instagram, finalement le seul endroit où je garde véritablement le contact (mea culpa!). Deux mois que je fais le plein, d’énergie, de nouveautés, que je bouquine (quelques pépites dont je vous parle à mon retour!), que j’enchaîne les toiles de ciné (Les chemins de l’école…fabuleux!!), parcoure les musées, que je travaille accessoirement. Un bouillon de culture à ragaillardir une momie! C’est, je crois, ce que j’aime le plus à Paris, ce foisonnement de culture pour tous, dans toutes les strates de la vie quotidienne. Il suffit d’écouter ses voisins dans le métro pour découvrir une nouvelle adresse, un nouvel artiste. Il suffit de prendre le temps et de cueillir. J’aime Paris pour cette impression de mouvement perpétuel, de richesse des sens et cette passion du beau.

Pendant ces deux mois, j’ai fouillé la campagne et les villes, me suis enquis de ce qui se passait dans le monde, ai compris combien on était protégés là-bas au Canada où finalement le monde peut bien s’écrouler sans qu’on en soit le moindrement perturbé. J’ai fureté, observé, contemplé. Je me suis immiscée dans le cirque de la mode, fashion week oblige. J’ai réveillé mon appétit de modeuse trop longtemps frustrée. J’ai regardé ailleurs, poussée par ma curiosité. Je me suis marrée, me suis laissée toucher.

Je sors de ces deux mois, remplie d’images et de souvenirs, une pile d’anecdotes en poche.

À vrai dire en posant mes valises à Paris, j’avais peur. Peur de ne plus jamais vouloir repartir.

Et pourtant, me voilà à quelques jours du retour à Montréal, sereine…et heureuse. C’est que comme Paris avant elle, que je rêvais de quitter pour mieux la retrouver, Montréal est une amante qui ne se laisse pas facilement oublier.

C’est drôle comme il faut parfois savoir quitter son quotidien pour réapprendre à l’aimer.

Ce sont finalement tout un tas de petites choses qui me manquent. La douceur de vivre montréalaise (ma mémoire efface l’hiver…l’hi-quoi?!), la chaleur estivale et ses festivals où il fait si bon flâner, les premières neiges (bah oui finalement…soyons honnête, on les aime quand même ces paysages apocalyptiques de tempête), cette myriade de petits cafés, où le Latte est onctueux, le Cappuccino aérien, et le café corsé à l’italienne. Je les aime ces petits restos où on se laisse surprendre, ces brunchs chaque fois différents, riches en saveurs. Rien à faire Paris, rien ne vaudra jamais un bon brunch à la Montréalaise ou la New Yorkaise!

Je les aime ces petites ruelles aux enfilades de bâtisses colorées, ces ruelles où on peut déambuler à toute heure, entichée de la plus mini des minis sans que quiconque ne lève un sourcil, sans un “bonsoiiiiir mademoiselle” baveux et révulsant. Je les aime ces vélos qui envahissent la ville dès les premiers rayons, qui bravent la glace pour les plus courageux! Je les aime ces terrasses et ces parcs qu’on investit comme une seconde maison. Ces odeurs de grillades et de bagels tout bons tout chauds, dénichés avec amour sur Fairmont. C’est qu’interdit à Paris, le BBQ est une religion à Montréal, un sacerdoce, un mode de vie. Je les aime ces soirées sur la terrasse en bois, à observer le coucher de soleil entre deux rinçades de rouge et échafauder des plans pour dégommer l’immonde tour blanche qui me cache les feux d’artifice. Je les aime mes amies qui ont mille et une idées à l’heure, se réjouissent de tout et comprennent, à demi mot, la schizophrénie de l’expatriation. J’aime cette créativité ambiante, cette place laissée à la jeunesse, à ses espoirs, à son énergie. J’aime savoir que je ne vis pas enfermée dans une case et que la réussite de ma vie ne tient qu’à moi. J’aime cette possibilité de pouvoir vivre selon mes propres termes, oser prendre des risques, savoir que je pourrai toujours me tromper et redémarrer.

Alors non, Montréal n’est pas parfaite, loin s’en faut. Non la vie n’y est pas toujours plus rose (ce serait trop simple, n’est-ce pas?!). Paris sera toujours Paris. Mais Montréal est mon terrain de jeu, là où les horizons du possible s’élargissent. Ma réalité.

Et puis surtout…à Montréal, il y a mon chéri. Et la vie sans mon chéri, c’est pas la vie!

Rendez-vous sur Hellocoton !

Osheaga: les concerts incontournables!

.
Osheaga, c’est un peu le rendez-vous estival des amateurs de musique, des fashionistas en mal de Coachella et des friands de festivals estivaux. Chaque année, sa programmation est attendue dans un roulement de tambour. Chaque année, des arrachages de cheveux, “mais pourquoi Phoenix et Beach House se chevauchent?!!” “Chéri, on se répartit le festival en deux avec un talkie-walkie? On se Skype-Fest?!”. Chaque année, des déceptions “Oh noooo…pas Frank Ocean! Pourquoi ce sont jamais les petits groupes locaux qu’on peut voir et revoir quand on veut qui nous lâchent au dernier moment??!”. Chaque année, des plans de match, des paris sur les prochains talents, les vieux de la vieille qu’on ira voir for ol’time sake, les petits noms qui montent et qu’on aimerait bien découvrir sans forcément se taper un concert entier au Métropolis, ou tout simplement ces artistes qu’on observait de loin et que la perspective de zieuter en live emplit de joie!
.
Cette année, je ne couvrirai pas le festival pour un magazine, trop de choses à gérer dans ma vie en ce moment, mais j’ai eu l’immense bonheur de recevoir une adorable invitation de Chevrolet Canada, qui m’invite à profiter du festival…en touriste. Au point de quitter d’ailleurs mon loft montréalais pour la douillette chambre de l’Hôtel 10! Une vraie touriste dans ma ville, plutôt cool n’est-ce pas? Cette année donc, point de séance marathon pour moi. Mais du plaisir…beaucoup de plaisir!!
.
Trêve de parlotte, je vous présente mon programme de “must-see” Osheagien !
.
Rendez-vous sur Hellocoton !